20 Nov 2017

L’Ugict-CGT présente à l’école des Mines de Paris son projet QVT et numérique retenu par l’ANACT

L’Ugict-CGT a présenté à l’école des Mines de Paris les outils réalisés dans le cadre de l’appel à projet « Qualité de vie au travail et numérique » de l’ANACT. L’Ugict-CGT, référence syndicale sur le numérique, a présenté:

  • – le guide d’aide à la négociation : « Utiliser la transformation numérique pour changer le travail »
  • – la formation dédiée
  • – l’outil de diagnostic « Qualité de vie au travail et numérique »

Ces outils développés sous l’angle numérique pour la première fois ont été conçus à partir d’entretiens experts menés dans les entreprises (à retrouver sur https://lenumeriqueautrement.fr/blog/entretiens-experts/).

Après avoir gagné le principe d’un droit à la déconnexion (http://droitaladeconnexion.info) dans le code du travail, l’Ugict-CGT poursuit son travail de liaison entre la révolution numérique et la transformation du travail et du management. C’est en effet l’intervention du monde du travail qui déterminera le sens et le contenu de la révolution numérique.

Concepteurs des technologies et chargés de mettre en oeuvre les transformations numériques des entreprises et des administrations les ingés, cadres, et techs sont en première ligne des bouleversements.

Face à ce constat, l’enjeu de la démarche syndicale « Construire #LeNumériqueAutrement » est de viser à ce que les progrès technologiques se traduisent par des progrès économiques, sociaux et environnementaux, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui.

http://www.ugict.cgt.fr/articles/references/qvt-et-numerique–16-fiches-pour-changer-le-travail

24 Mar 2017

L’UGICT-CGT publie son guide sur le droit à la déconnexion

Première organisation syndicale française à tirer la sonnette d’alarme sur l’explosion du travail numérique en dehors du temps et du lieu de travail des salarié-es, l’UGICT a lancé en septembre 2014 une campagne « Pour le droit à la déconnexion et la réduction effective du temps de travail ». Associée à une série de propositions concrètes pour protéger la santé et réduire le temps et la charge de travail, la campagne a été menée sur de nombreux lieux de travail, avec notamment des milliers de consultations auprès des ingénieur-es, cadres et technicien-nes. Ceci a permis d’obtenir de premières avancées dans des accords, et notamment: l’accord télétravail du groupe THALES (avril 2015) ; les accords sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes à La Poste (juillet 2015) et à la CNAV (décembre 2015) ; l’accord sur la transformation numérique d’Orange (septembre 2016). Aujourd’hui, 56 % des cadres et 59 % des professions techniciennes se disent favorables à la mise en place d’un droit à la déconnexion.

Sous pression de la mobilisation contre la loi Travail, le gouvernement a introduit le droit à la déconnexion dans la loi. Cette disposition, si elle est très insuffisante, permet de mettre un pied dans la porte et de porter l’enjeu de réduction du temps et de la charge de travail. A l’heure de l’internet mobile et de la transformation numérique des entreprises et des administrations, le droit à la déconnexion représente une sérieuse opportunité pour développer notre implantation et notre renforcement chez les Ingénieur-es, Cadres et Technicien-nes.

Ce guide a pour ambition d’aider les équipes syndicales sur le volet négociation de notre campagne revendicative sur le droit à la déconnexion afin de construire les droits nouveaux qui doivent accompagner l’ère numérique.

 

18 Fév 2016

[Décryptage Avant/Après] Vos droits : le lessivage El Khomri

L’Ugict-CGT publie une première analyse, point par point, sur ce que contient le projet de loi réformant le Code du travail. L’addition est salée, en particulier pour les ingés, cadres et techs. Ce projet de loi sert déjà de feuille de route au patronat pour les renégociations de conventions collectives dans les branches.

http://www.ugict.cgt.fr/articles/references/reforme-el-khomri

10 Déc 2015

RTT : les Ingénieurs Cadres et Techniciens aussi !

Dans le cadre de la campagne confédérale sur les 32 heures, l’Ugict-CGT a organisé une journée d’étude sur la réduction du temps de travail pour les ICTAM.

Cette journée d’échanges offrait une belle occasion pour les intervenants de donner notamment leur point de vue sur ce qui va devenir la campagne phare de la CGT dans les prochains mois : la réduction du temps de travail portée à 32 heures. Constat partagé : les ingénieurs, cadres et techniciens sont des catégories professionnelles particulièrement confrontées à l’intensification du temps de travail, redoublée avec les outils numériques.

Mohammed Oussedik, dirigeant de la CGT, en a profité pour présenter les grands axes de la campagne 32 heures, dont il est le pilote et à laquelle l’UGICT-CGT est associée.

27 Nov 2015

Forfaits-Jours – Guide pratique de vos droits – Édition 2016

Forfait jours : l’UGICT-CGT réactualise son guide pour les syndicats et publie son guide pour les salariés

Après avoir dénoncé et alerté sur l’utilisation abusive du forfait jours, la CGT et son UGICT ont obtenu la condamnation de la France par le CEDS (Comité Européen des Droits Sociaux) pour son insuffisance à protéger efficacement les salarié-es contre une durée du temps de travail excessive. Suite à cela, la jurisprudence a conduit à l’annulation et/ou la renégociation de 12 accords collectifs de branche ou d’entreprise qui n’étaient pas conformes.

En publiant ces deux guides l’UGICT-CGT :

Arme les équipes syndicales pour :

– Maîtriser les enjeux et les problèmes posés par les conventions de forfait jours,

– Mener une campagne revendicative qui aboutisse à des accords empêchant les dérives patronales et garantissant les droits des salarié-es.

Permet aux salarié-es une meilleure connaissance de leurs droits existants et de ceux qui restent à conquérir. L’objectif reste de garantir une utilisation du forfait jours respectueuse du temps de travail réel avec la réintroduction de la référence horaire.

http://www.ugict.cgt.fr/publications/guides/forfait-jours-guide-pratique-2016

26 Nov 2015

L’Ugict-CGT adresse à la ministre du Travail ses propositions pour garantir la réduction du temps de travail et la santé à l’heure du numérique

Après le lancement, en septembre 2014, de sa campagne exigeant un droit à la déconnexion et une réduction effective du temps de travail, l’Ugict-CGT interpelle la ministre du Travail en lui adressant des propositions rédigées de modifications législatives. Il s’agit d’obtenir « de nouveaux droits pour garantir la réduction du temps de travail et la santé à l’ère du numérique ». e temps de travail des ingénieurs, cadres et techniciens ne cesse d’augmenter et atteint pour les techniciens et professions intermédiaires 42h30 et pour les cadres 44,4h par semaine. Pour les seuls cadres au forfait jours, il s’élève à 46,6h ! Les heures supplémentaires ni payées ni récupérées se généralisent et concernent 40 % des professions techniciennes. Les outils numériques accélèrent le travail, mais ils conduisent aussi à une surcharge informationnelle et à une disponibilité permanente et sans limite. Ainsi, 56 % des cadres travaillent durant leurs jours de repos[1].

À l’heure de la révolution numérique et alors que certaines études prospectives[2] parlent de 3 millions d’emplois (essentiellement parmi les catégories intermédiaires) pouvant être supprimés d’ici à 2025, il y a urgence à « travailler moins pour travailler mieux et travailler toutes et tous ». C’est tout le sens de la campagne pour la réduction du temps de travail et les 32h lancée par la CGT. Pour les salariés qualifiés à responsabilité, l’Ugict-CGT fait 4 propositions :

  1. Instaurer un droit à la déconnexion La campagne de l’Ugict-CGT a permis d’obtenir de premières avancées et d’introduire dans certains accords d’entreprise un droit à la déconnexion. Cependant, sans disposition juridique contraignante, ce droit risque de se limiter à une pétition de principe. Il convient donc, comme le pointe notamment le rapport Mettling, d’en garantir l’effectivité en l’introduisant dans la loi.
  2. Encadrer strictement les forfaits jours n 2000, lorsqu’ils se sont mis en place, les forfaits jours devaient permettre la réduction du temps de travail des cadres, et n’étaient destinés qu’à 10 % d’entre eux. Aujourd’hui, c’est tout l’inverse : le nombre de salariés au forfait-jours ne cesse d’augmenter (13,5 % des salariés et 50 % des cadres) et leur temps de travail explose. Suite au recours de l’Ugict-CGT, la France a été condamnée par le Comité européen des droits sociaux et 11 accords de branches ont été annulés par la Cour de cassation. La France doit se mettre en règle au plus vite et modifier la loi. L’Ugict-CGT propose notamment : a limitation des forfaits jours aux seuls cadres autonomes, La mise en place d’un système déclaratif de décompte horaire, l’évaluation collective de la charge de travail et l’application comme pour les autres salariés des durées maximum de travail hebdomadaires de 44h et 48h, La limitation du nombre maximum de jours travaillés à 200 (contre 218 aujourd’hui)
  3. Protéger les télétravailleurs, notamment sur la reconnaissance des accidents du travail et les modalités de décompte de leur temps de travail.
  4. Des droits pour les salariés « nomades »

http://www.ugict.cgt.fr/ugict/presse/propositions-pour-garantir-la-reduction-du-temps-de-travail-et-la-sante-a-lheure-du-numerique

22 Juil 2015

[Mission Mettling] Pour l’Ugict-CGT de nouveaux droits doivent accompagner la transformation numérique

L’UGICT-CGT a participé avec les autres organisations syndicales cadres, à une séance de travail sur le management et le numérique dans le cadre de la mission confiée par le ministre du Travail à Bruno Mettling sur le numérique et le travail, ce mercredi 22 juillet. Au cours de cette séance, Marie-José Kotlicki, secrétaire générale de l’UGICT-CGT, est intervenue pour préciser les enjeux pour l’encadrement liés à la transformation numérique et donner les propositions de l’UGICT-CGT, en les liant à la campagne « Pour le droit à la déconnexion et une réduction effective du temps de travail », lancée le 4 septembre 2014.

13 Avr 2015

Cadres Infos 716 – Vous avez dit « égalité réelle entre les femmes et les hommes » 

Une loi éponyme a été adoptée le 4 août 2014, 225 ans jour pour jour après l’abolition  de privilèges.

Grâce à la ténacité de la CGT, elle contient des dispositions qui vont dans le bon sens et notamment Ainsi en est-il en particulier de l’obligation pour les entreprises d’évaluer et de lutter contre les discriminations sur l’ensemble de la carrière et pour les branches de vérifier si les classifications et les grilles salariales ne sont pas discriminantes pour les femmes. Ces dispositions reprennent les propositions d’amendements que la CGT avait adressés et défendus auprès de l’ensemble des parlementaires et nous donnent de nouveaux leviers pour agir.

http://www.ugict.cgt.fr/publications/cadres-infos/cadres-infos-71-egalite-femmes-hommes-lenjeu-de-la-classification

29 Oct 2014

Pétition pour le droit à la déconnexion

L’Ugict-CGT met en ligne sur change.org la pétition pour le droit à la déconnexion adressée au patronat et au gouvernement.

http://www.ugict.cgt.fr/articles/references/petition-pour-le-droit-a-la-deconnexion

 

15 Oct 2014

Droit à la déconnexion : mode d’emploi pour mener la campagne

Dans le cadre de sa campagne « Pour le droit à la déconnexion et la réduction effective du temps de travail », rendue publique lors de la conférence de presse du 4 septembre, l’UGICT-CGT organise ce séminaire pour doter les organisations ainsi que les élus et mandatés CGT d’outils revendicatifs et juridiques.

http://www.ugict.cgt.fr/articles/references/campagne-deconnexion

04 Sep 2014

Conférence de presse de lancement de la campagne pour le droit à la déconnexion et la RTT

Pour le droit à la déconnexion et la réduction effective du temps de travail

Les Technologies de l’Information et de la Communication facilitent la vie et le travail au quotidien, mais elles ont aussi entrainé une intensification du travail et un envahissement du travail sur le temps de vie privée. Avec les tablettes et smartphones, on peut désormais travailler à la maison ou dans les transports et être joignable en permanence. Ces heures de travail ne sont ni décomptées ni a fortiori payées. Nous souhaitons assurer le paiement ou la récupération de toutes les heures effectuées, garantir la protection de la santé et de la vie privée des salarié-es. Pour tirer le meilleur de ce que ces technologies peuvent offrir, il est nécessaire d’en encadrer l’usage.

La bataille pour l’emploi est intimement liée à celle sur la durée du travail. Avec l’avènement des outils numériques et l’augmentation du niveau de qualification des salarié-e-s, une nouvelle ère s’ouvre. L’affrontement sur la répartition des gains de productivité générés par les TIC et la reconnaissance des qualifications sera central. C’est le sens de la campagne que l’UGICT-CGT engage avec les ICT, au plus près de leurs préoccupations quotidiennes. Il s’agit de combattre le « sur-travail » de manière solidaire, en prenant en compte notre temps de travail TTC (Toutes Tâches Comprises), c’est-à-dire en comptabilisant toutes les connexions et le travail invisible qui accompagne l’activité professionnelle des cadres. Déconnexion physique, mais aussi « mentale » sont nécessaires pour éviter l’épuisement professionnel. C’est aussi un geste fort de solidarité envers celles et ceux qui souhaitent rejoindre le monde du travail. Un sujet plus que jamais d’actualité. Notre campagne « Pour le droit à la déconnexion et à une réduction effective du temps de travail »  invite à rester connecté-e avec le progrès social.

http://ugict.cgt.fr/deconnexion

 

04 Sep 2014

Consultation pour la campagne sur le droit à la déconnexion

L’ugict-CGT met à disposition des organisations CGT un modèle de consultation pour mener la campagne « Pour le droit à la déconnexion et la réduction effective du temps de travail ».

http://www.ugict.cgt.fr/articles/references/enquete-deconnexion