09 Mai 2017

Décryptage : Macron élu : les 4 dossiers chauds pour les salariés

Ce dimanche 7 mai, les électeurs et électrices ont encore une fois fait le choix d’éliminer nettement le Front National de la course à la présidentielle. La CGT a œuvré à faire barrage à l’extrême droite et se félicite de ce résultat clair. Il ne doit toutefois pas occulter la progression préoccupante du FN qui double son nombre de voix entre 2002 et 2017, et recueille près de 11 millions de suffrages. Nous avons donc un nouveau Président de la République qui aura comme première responsabilité de rassembler et de faire preuve d’humilité face aux résultats. Un résultat net oui, mais pas d’adhésion à son programme : seuls 16% des électeurs de 2nd tour d’Emmanuel Macron disent avoir voté pour lui pour son programme. Ceci, ajouté au nombre record de bulletins blancs et nuls et au niveau de l’abstention, démontre l’essoufflement de la Vème République. Les salarié.s seront particulièrement vigilants sur 4 propositions du programme d’Emmanuel Macron…

http://www.ugict.cgt.fr/articles/references/macron-4-dossiers-chauds

07 Mai 2017

Résultat du cycle de représentativité 2012/2016

La deuxième place de la CGT derrière la CFDT au terme du processus de mesure de la représentativité n’est pas une  vraie surprise. En effet, voici quatre ans, la CGT était déjà arrivée en deuxième position dans les comités d’entreprise conservant néanmoins sa position de première organisation syndicale grâce à de  bons résultats dans les premières élections professionnelles dans les TPE. A l’occasion du dernier scrutin, le taux de participation très bas dans les TPE a fait fondre son avance. Cette première explication n’est pas la seule. La CGT est moins implantée que la CFDT dans les entreprises privées. Or, si un syndicat n’est pas représenté, on ne peut pas voter pour lui aux élections. « Il va falloir retourner davantage sur le terrain pour accélérer nos implantations dans les entreprises » a estimé Philippe Martinez dans une interview au Parisien. C’est la leçon la plus importante à tirer de cette mesure de la représentativité. « La CGT ne peut se satisfaire de ce résultat » assure la confédération dans un communiqué. « C’est d’un déficit de présence auprès de l’ensemble du salariat auxquelles la CGT est confrontée pour prétendre demeurer être la première organisation syndicale du secteur privé. Tirant analyse de ces résultats, la CGT aura à cœur de mieux représenter les salariés dans leurs diversités. » La troisième explication de ce recul à la deuxième place tient à des résultats en baisse de la CGT, chez Orange, EDF ou la SNCF par exemple. Certains commentateurs n’ont pas hésité à voir dans cette deuxième place la sanction par les salariés d’un « syndicalisme de contestation » et leur préférence pour un syndicalisme « de proposition et de compromis ». D’autres vont jusqu’à y voir la sanction de l’attitude de la CGT vis à vis de la loi Travail. C’est aller très vite en besogne. D’abord parce que ce résultat reflète une tendance lourde antérieure au conflit sur la loi El Khomri, ensuite parce que les enquêtes d’opinion ont montré que plus de sept personnes sur dix étaient opposées au texte.

La CE UGICT-CGT du 3 mai 2017 a adopté une contribution sur l’analyse des résultats de la représentativité dans lequel elle propose de lancer un plan de travail prévoyant sur les catégories ICTAM :

  • Le renforcement des structures territoriales et professionnelles
  • La mise en place d’un plan de travail sur les élections professionnelles dans toutes les organisations
  • L’engagement de plans de syndicalisation ciblés
  • Le renforcement du travail avec les organisations générales et de la formation Ugict-CGT sur la vie syndicale
  • Sa disponibilité pour contribuer à la capagne confédérale dans le cadre des élections fonction publique
28 Avr 2017

L’Ugict-CGT appelle « à faire barrage au FN et à ses impostures »

L’Ugict-CGT publie son tract pour le 1er mai, ainsi que ses infographies pour dénoncer les impostures du FN. La mobilisation du 1er mai est l’occasion de se mobiliser pour faire reculer le Front National, répondre aux aspirations sociales, abroger la loi Travail, conforter les retraites et la sécurité sociale, définanciariser l’Europe et les échanges internationaux. Le rejet des politiques libérales offre un point d’appui pour construire une véritable alternative et construire de véritables droits d’expression et d’intervention au travail et dans la cité.

http://www.ugict.cgt.fr/ugict/tracts/1er-mai-faire-barrage-au-fn-et-a-ses-impostures

 

13 Oct 2016

Elections TPE : sous le signe des méfaits de la loi Travail

L’Ugict-CGT publie un 4 pages dans le cadre des élections TPE, où elle rappelle que 450 000 cadres sont appelés à s’exprimer.

Les cadres dans les TPE, s’investissent fortement pour la pérennité et le développement de leur entreprise. Les TPE et PME sont les premiers pourvoyeurs d’emplois du pays et tout observateur objectif sait que leurs difficultés et les entraves à leur développement ne viennent pas du Code du travail, mais de l’accès au financement, des délais de paiement et des carnets de commande. Les politiques publiques ne sont faites qu’en fonction de quelques groupes du CAC 40 ultrafinanciarisés et pour lesquels la politique industrielle en France est sans objet. Le comportement des grandes entreprises et des banques est particulièrement problématique aujourd’hui pour un sain développement économique. Si elle est appliquée, la loi Travail en ouvrant les portes à un dumping social galopant va encore accroître les difficultés. Le comportement des grandes entreprises et des banques est particulièrement problématique aujourd’hui pour un sain développement économique. Ces attentes à la fois économiques et sociales qui découlent de nos responsabilités et de notre engagement dans notre travail correspondent aux propositions et interventions que la CGT, à travers son Union générale des Ingénieurs, Cadres et Techniciens (UGICT-CGT), met en avant.Dans cette élection, les salariés des TPE peuvent voter comme le font régulièrement les salariés des grandes entreprises. Ne laissons pas passer cette occasion de dire notre mot et de faire valoir ce que nous attendons du syndicalisme.

04 Déc 2014

Elections fonction publique – L’UGICT-CGT à l’écoute des Cadres et Techs

A l’occasion des élections du 4 décembre 2014, l’Ugict-CGT relance son collectif fonction publique et s’investie dans la campagne électorale à partir des questions spécifiques concernant les cadres A et catégorie B des 3 versants, soit 3 millions d’agent.es : sens du service public face à une stigmatisation continue des personnels présentés comme un coût pour la société, forte dégradation des conditions de travail en lien avec le surtravail chronique, non reconnaissance des qualifications, augmentation de la précarité, rôle contributif de l’encadrement alors que les réformes s’accélèrent…

Ces thèmes sont au cœur du « 4 pages » reproduit en 15 000 exemplaires (utiliser le visuel ?) et mis à disposition des fédérations et des territoires.

D’autres outils de campagne sont mis à disposition des organisations : infographies « Opinions et attentes des Techs dans la Fonction publique », « Opinions et attentes des Cadres dans la Fonction publique », issues des deux baromètres Cadres et Techs réalisés dans le cadre du 17ème Congrès de l’Ugict-CGT, Kit de représentativité, affiches de campagne « cadres, réagissons ! ».

L’expérience de cette campagne et les reculs de la représentativité de la CGT (- 2 points sur les 3 versants) même si elle reste la première organisation syndicale conduit l’ugict à travailler à une meilleure prise en compte du spécifique dans la campagne électorale 2018.

http://www.ugict.cgt.fr/articles/references/elections-fonction-publiques-reponses-syndicales

[ZOOM SUR]
La représentativité : l’UGICT 2ème organisation syndicale de l’encadrement

Le 29 mars 2013 la publication par le Ministère du travail de la 1ère mesure de la représentativité syndicale a donné les résultats suivants dans l’encadrement (2ème et 3ème collège) :
CFDT : 26,84 %
UGICT-CGT : 20,98 %
CFE-CGC : 18,14 %
FO : 13,83 %
CFTC : 9,42 %

En arrivant en seconde position, à la surprise de nombreux observateurs, l’UGICT-CGT confirme sa croissance dans l’encadrement, comme en témoigne le seuil des 80 000 adhérents qu’elle vient de franchir en 2013.

Malgré la deuxième place de la CGT et de son UGICT, avec un score de 21% dans l’encadrement (2ème et 3ème collège), l’écart avec la CFDT -6 pts dans ces collèges qui représentent 40% du salariat ne peut plus être compensé par la première place de la CGT dans le 1er collège. Des marges de progression existent dans la mesure où seul 63,3% des salariés du 2ème collège sont en situation de voter pour la CGT et seulement 59% des salariés du 3ème collège peuvent porter leurs suffrages sur des candidats CGT. On notera au passage que l’essentiel du score CGT se fait dans le 2ème collège.

Au-delà des candidatures on note globalement de meilleurs résultats pour la CGT dans ces collèges dès lors que l’activité spécifique est portée dans l’entreprise et qu’il existe une organisation pour les ICT. Cette situation prouve qu’il est difficile d’avoir des candidats CGT sans syndiqué ce qui nous renvoie au déploiement de l’activité spécifique organisée.