20 Jan 2017

Guide du négociateur en prévoyance lourde & complémentaire santé

L’Ugict-CGT publie un guide prévoyance à destination des administrateurs et des négociateurs.intégrant les spécificités cadres

Issue d’un compromis social et entériné par le programme du Conseil National de la Résistance, la protection sociale demeure l’un des piliers de la cohésion sociale en France. À cet égard, si la Sécurité sociale doit rester la base de notre système solidaire, l’Ugict-CGT a également l’ambition de contribuer à dé nir des orientations et un cadre syndical en direction des nombreux militants investis au quotidien dans les groupes paritaires et les mutuelles ou qui négocient des accords en matière de prévoyance, notamment depuis la généralisation de la complémentaire santé en 2016.

C’est la raison d’être de ce guide pratique qui vous présente les fondamentaux de la prévoyance, les points techniques à maîtriser et bien sûr des conseils pour négocier vos accords.

À l’image de l’ensemble de la population active, les ingénieurs, cadres et techniciens (ICT) sont attachés à une protection sociale de haut niveau visant à les pré- munir, ainsi que leurs familles, contre des restes à charge importants en matière de frais de santé, mais aussi contre les risques liés à la perte de revenus en cas d’arrêt de travail, voire de décès, en matière de prévoyance lourde.

Ce guide développe les spécificités propres aux ICTAM, que ce soit au niveau des acquis tels que la cotisation minimale obligatoire de l’employeur, appelée communément « le 1,50 cadre », la couverture particulière dont ils sont les sujets en prévoyance lourde, et bien sûr les solidarités nécessaires avec les autres catégories de salariés à partir desquelles la convergence syndicale doit se construire.

C’est dans un contexte d’attaques contre la Sécurité sociale et son corollaire, la remise en cause du paritarisme et du modèle mutualiste, que l’UGICT-CGT publie ce nouvel outil syndical indispensable pour les négociateurs CGT, que ce soit au niveau des conventions collectives ou au niveau des entreprises.

http://www.ugict.cgt.fr/publications/guides/guide-prevoyance

03 Nov 2014

5 bonnes raisons de contester la modulation des allocations familiales

L’Ugict-CGT publie un argumentaire contre une remise en cause du fondement de la Sécurité sociale « chacun cotise selon des moyens et reçoit selon ses besoins »

  • Baisser le montant des allocations familiales ne se justifie pas

La branche famille était à l’équilibre en 2007 et compte en 2013 3,2 Mds de déficit. Alors que le montant des prestations n’a pas augmenté. Il y a deux raisons au déficit :

  • Le financement par la branche famille de prestations qui ne relèvent pas de la politique familiale : sur les 54,9 milliards de ressources de la CNAF, près de 9,4 milliards sont transférés vers l’assurance-retraite et ne bénéficient pas directement aux familles avec enfants.
  • La baisse du financement par les entreprises : selon la Cour des comptes, la cotisation patronale destinée à financer la branche a constamment décru depuis 1946 où son taux était fixé à 16,75 % des rémunérations à 7 % en 1990.

2- Le montant des aides accordées aux familles est déjà insuffisant

Contrairement au discours récurrent sur la générosité du modèle social français, la France ne consacre que 2,5 % de son PIB aux aides aux familles, ce qui la place au 10e rang de l’Union Européenne, en baisse de 25 % depuis 30 ans.

3- C’est lorsque la protection sociale est la plus universelle que les ménages les plus modestes sont le mieux protégés

Parmi les pays de l’OCDE, on constate que plus la protection sociale est universelle et inclusive (comme en Suède) et plus les prestations sont généreuses. A l’inverse les pays (comme les Etats-Unis) dont le système d’imposition est très progressif et dont les prestations sont très ciblées consacrent beaucoup moins de ressource à la protection sociale.

4- Le plafonnement des allocations familiales contribue à pousser les cadres et professions intermédiaires vers un système assurantiel

Ce sont les cadres et les professions intermédiaires qui contribuent le plus au financement de la branche famille, les exclure du bénéfice des allocations familiales risque de les pousser à se tourner vers des systèmes assurantiels privés.

5- Une réforme fiscale et une remise à plat de la politique familiale sont nécessaires

L’impôt doit en assurer la redistribution et la politique familiale doit être financée par le salaire socialisé. La CGT propose notamment, à la place des exonérations de cotisations sociales qui ont démontré leur inefficacité à créer de l’emploi et qui tire les salaires vers le bas, la double modulation du taux des cotisations sociales, en fonction de la politique d’emploi et de salaires des entreprises, et de la part des salaires dans la valeur ajoutée.

http://www.ugict.cgt.fr/articles/references/baisse-allocations-familiales

 

 

06 Jan 2014

Lettre ouverte aux ICT : Changer de cap !

Le 6 février 2014 l’Ugict appelle l’ensemble des ingénieurs, cadres et techniciens à se mobiliser avec l’ensemble des salariés pour défendre l’emploi, les salaires et la protection sociale.  Pour accompagner cette journée de mobilisation, l’Ugict a rédigé une lettre ouverte aux ICT qui regroupe un ensemble de propositions pour construire la France de demain.

17 Oct 2012

Soirée Débat

etat-social