26 Oct 2017

Passage en catégorie A des professionnels du travail social de la fonction publique

Le passage en catégorie A des assistants sociaux, éducateurs, conseillers en économie sociale et familiale et conseillers d’insertion et de probation était attendu depuis des décennies par les travailleurs sociaux . Cette revendication  avait fait l’objet de mobilisations  constantes depuis plus de 50 ans.

Cette reconnaissance qui devait s’appliquer   au 1er février  2018. est reporté à février 2019 en raison de son coût. Le gouvernement souhaite la faire coïncider avec le protocole carrière rémunération (PPCR) dont la mise en place est annoncée pour  la fin du quinquennat, qui prévoit la revalorisation de la filière sociale.

Alors même que « le plan de lutte contre la pauvreté » met l’accent sur la prévention et l’accompagnement social , ce report est inacceptable.

Quel crédit accorder à la parole de l’État et au dialogue social ?

Quel manque de reconnaissance de nos professions !

De plus ,cette reconnaissance de la filière sociale dans le statut de la Fonction Publique  si elle est réellement appliquée, ne suffira pas à satisfaire les revendications légitimes des professionnels face à l’évolution du travail social.

La création du  niveau 2 pour les 5 diplômes de travail social actuellement au niveau 3 a soulevé un concert de protestations . Elle ne s’appliquera aux futurs et nouveaux diplômés qu’en 2021( seconde étape de la revalorisation) et introduira une inégalité entre les anciens et nouveaux diplômés ; Les anciens ne pouvant accéder aux formations universitaires.

Nous revendiquons :

– La parution et l’application des nouveaux décrets  et leurs déclinaisons vers le secteur privé.

– La  reconnaissance des  diplôme et leur  traduction  sur l’ensemble des secteurs et  des générations.

– Les actions  sur les politiques sociales afin que le travail social soit vecteur d’un projet de société basé sur la solidarité .

Pour cela, nous devons accroître la mobilisation et la syndicalisation auprès de l’ensemble des professionnels du travail social .

23 Nov 2016

Rencontres d’Options : Jeunes Ingés, Cadres, Tech : Travail, Engagement, Avenir

Ouvrir des perspectives et lutter contre le déclassement des jeunes

La CGT et l’UNEF portent un projet d’ensemble visant à la mise en sécurité sociale de la jeunesse et des salariées : une allocation d’autonomie pour les étudiants la sécurité sociale professionnelle, le nouveau statut du travail salarié, la mise en place d’un statut de l’encadrement.

Nos 15 propositions pour les jeunes diplômés :

1 – Ouvrir les droits sociaux aux jeunes et rendre universelle l’Aide à la Recherche du Premier Emploi

2 – Prendre en compte les années d’études, de stage et de précarité pour le calcul de la retraite

3 – Créer un statut de l’étudiant salarié

4 – Renforcer la protection des stagiaires

5 – Des droits et des perspectives pour les apprentis

6 – Service civique : un vrai droit à l’engagement, pas des emplois déguisés

7 – Pénaliser les entreprises qui abusent des contrats courts

8 – Elargir le salariat aux travailleurs et travailleuses des plateformes numériques

9 – Mettre en place une politique au service de l’emploi des jeunes et de l’avenir du pays

10 – Titularisation de tous les personnels précaires dans la fonction publique et remplacement de tous les départs en retraite

11 – Salaire de première embauche pour chaque niveau de qualification et de diplôme

12- Soutenir, financer et accompagner les projets innovants socialement et écologiquement

13 – Développer un management alternatif permettant la maîtrise de son travail

14- Réduire le temps de travail pour permettre l’égalité F/H et l’exercice de la parentalité

15 – Lutter contre les discriminations

http://www.ugict.cgt.fr/rencontresjeunes

23 Nov 2016

Présidentielles : l’Ugict-CGT et l’UNEF interpellent sur le sujet des jeunes diplômés

En mars 2012, l’UGICT-CGT et l’UNEF interpellaient les candidats à la présidentielle. En juin 2012, nous présentions une proposition de loi cadre pour l’emploi des jeunes. Cette interpellation a contribué à placer l’enjeu de la jeunesse au cœur du débat de 2012, et a permis d’arracher la prise en compte des années d’apprentissage pour le calcul de la retraite (2013), une loi réglementant les stages en entreprise (2014), et la mise en place d’une aide à la recherche du premier emploi (2016).

http://www.ugict.cgt.fr/articles/actus/perspectives-jeunes-diplomes-15-propositions-unef-ugict

24 Fév 2015

Publication de la charte des Professions techniciennes

5 millions et demi de salarié.es dont 1 million et demi de fonctionnaires, exercent des professions techniciennes. Elles/Ils sont appelé.es également dans certains secteurs professionnels « salarié.es de professions intermédiaires ».

Pour notre organisation, Elles/Ils peuvent se définir ainsi : « un.e salarié.e apte à maîtriser et à mettre en œuvre de manière autonome, une technique complexe, sociale, juridique, paramédicale, industrielle, commerciale ».

Toutefois malgré leurs connaissances, leurs qualifications, leur rôle essentiel dans le processus de travail, aucun statut spécifique interprofessionnel ne les définit.

Cette absence d’identification joue contre l’ensemble de cette catégorie, permettant au patronat de « classer » les technicien .nes, selon ses propres critères sans garantie collective.

Ainsi, afin que les salarié.es des professions techniciennes et intermédiaires ne soient plus identifié.es par défaut (ni ouvrier.e /employé.e, ni cadre), l’UGICT-CGT revendique un statut technicien pour les salarié.es du privé et du secteur public.

Ce statut construit des garanties individuelles dans un cadre collectif interprofessionnel, pour travailler sereinement, mettre ses compétences au service de la collectivité de travail, dans le respect de son éthique professionnelle. Le statut permet de garantir la reconnaissance de la qualification, quel que soit le parcours des salarié.es technicien.nes. Il est un rempart contre la déqualification. Il garantie des seuils communs pour l’ensemble des technicien.nes. Par sa reconnaissance interprofessionnelle, le statut contriburait également à la lutte contre la discrimination Femme/ Homme permettant de mettre sur un pied d’égalité les diplômes équivalents, quelle que soit la filière.

http://www.ugict.cgt.fr/articles/references/professions-techniciennes

16 Oct 2014

[Enquête] Professionnels du travail social, vous avez pris la parole

Le bilan de l’enquête auprès de plus de 700 professionnels du travail social réalisé en 2014 par le collectif des professionnels du travail social Ugict-CGT met en évidence le fort engagement des professionnels avec des conditions d’exercice de leurs missions de plus en plus difficile.

http://www.ugict.cgt.fr/travailsocial