28 Jan 2016

Rencontres d’Options : Éthique professionnelle, citoyenneté et droit d’alerte au travail


Lier le mouvement social et la société civile, c’est le sens des initiatives prises par l’Ugict, sur le secret des affaires comme sur le soutien aux lanceurs d’alerte. Mais aussi prendre en compte la diversité professionnelle et territoriale, refuser l’entre soi . Ainsi la large participation à nos rencontres a permis de très riches échanges. Nous voulons un statut de l’encadrement du 21e siècle, un statut de la responsabilité et de l’expertise défini de façon interprofessionnelle, et dont l’affiliation doit être assurée par un organisme paritaire interprofessionnel, s’imposant aux branches afin que le patronat ne puisse décider unilatéralement qui relève ou non de l’encadrement. Le périmètre du statut de l’encadrement doit être défini à partir du contenu du travail, des fonctions exercées par les salarié-e-s, et de leur niveau de qualification. Il doit couvrir la diversité de l’encadrement, sur la base de l’autonomie, de l’expertise requise et de la responsabilité avec un périmètre au moins équivalent à celui des actuels affiliés à l’AGIRC et à ceux qui relèvent de la section encadrement des prud’hommes  sans  être  limité aux seuls cadres encadrants. Alors que la révolution numérique est instrumentalisée contre le salariat, le statut de l’encadrement doit donner à tous les travailleurs qualifiés, quel que soit leur statut, les mêmes droits et protections.

http://www.ugict.cgt.fr/rencontres2016